Plan autisme 2008-2010

Deux plans « autisme » ont été élaborés depuis la loi de 2005. En effet, ces plans permettent d’avoir des objectifs précis concernant les buts et les évolutions à atteindre pour les 2 ans qui suivent.


Le Plan 2008-2010 :

 

L’objectif de ce plan était de construire dans la continuité du précédent plan, une nouvelle étape de la politique en faveur des personnes présentant des troubles envahissant du développement et en particulier de l’autisme.

Il a été élaboré dans une large concertation avec les associations. Il a permis de dépasser des antagonismes souvent anciens en ce qui concerne l’approche de ce handicap. Il est le résultat d’un large travail interministériel devant permettre d’avancer dans la compréhension et l’accompagnement des syndromes complexes que sont les troubles envahissants du développement dont l’autisme.

 

Les mesures phares :

- élaborer un corpus commun et promouvoir la recherche sur l’autisme.

- actualiser et développer les contenus de la formation des professionnels.

- renforcer les capacités de diagnostic et expérimenter un dispositif qui facilite l’orientation et l’accompagnement des familles.

- renforcer l’offre d’accueil en établissements et services.

- promouvoir une expérimentation encadrée et évaluée de nouveaux modèles.

 

Il est composé de 3 axes, 8 objectifs et 30 mesures:

 

1-      Mieux connaître, pour mieux former :

Les mesures contenues dans cet axe ont pour objectif d’améliorer la connaissance de ces troubles, la formation des différents acteurs et les pratiques professionnelles. La nécessité de valider nationalement un corpus de connaissance partagé notamment par l’ensemble des experts est une des clés pour améliorer la formation des différents professionnels impliqués dans le diagnostic et l’accompagnement de l’autisme.

Il conviendra d’actualiser et de renforcer par les connaissances à travers le contenu des formations initiales tout au long de la vie des personnels de santé et du secteur médico-social ainsi que du secteur éducatif.

Des formations labellisées de formateurs favoriseront la diffusion du socle de connaissances et le travail de collaborations interinstitutionnelles. L’élaboration et la diffusion des recommandations de pratiques professionnelles et leur appropriation, notamment par la mise en place d’outils d’évaluation doivent concourir à améliorer la qualité des pratiques.

 

2-      Mieux repérer pour mieux accompagner :

Différentes mesures visent à améliorer le repérage et l’accès au diagnostic, l’orientation des personnes et de leur famille et leur insertion en milieu ordinaire.

Il convient tout particulièrement d’insister sur l’importance de la qualité du diagnostic de par sa précocité, mais aussi son annonce qui doit être un moment fort de mobilisation de l’ensemble des compétences professionnelles autour des personnes concernées et leurs familles. L’expérimentation d’un dispositif d’annonce qui facilite l’orientation et l’accompagnement des familles est à cet égard une mesure phare du plan.

Le rôle des C.R.A. est conforté et étendu en vue d’une meilleure prise en charge des autistes adultes.

Afin d’accroître la reconnaissance des T.E.D. dans toute leur spécificité, la coopération des C.R.A. et des M.D.P.H. est nécessaire, ainsi qu’une offre de formation aux personnels des équipes pluridisciplinaires des M.D.P.H. sur les besoins et difficultés singulières des personnes avec T.E.D.

Les expérimentations locales en matière de formation des familles et de guidance parentale ainsi que leurs conditions de réalisations seront identifiées afin d’être diffusées et encouragées dans le cadre d’appel à projets. La participation des personnes à la vie en milieu ordinaire doit être favorisée.

Une approche moderne de ces situations consiste à favoriser conformément aux principes énoncés dans la loi du 11 févier 2005, l’exercice de la liberté du choix de vie.

 

3-      Diversifier les prises en charge, dans le respect des droits fondamentaux de la personne :

Il s’agit enfin de promouvoir une offre d’accueil, de services et de soins, cohérente et diversifiée et de permettre l’expérimentation de nouveaux modèles de prise en charge encadrés et évalués. En ce sens, le comité technique régional de l’autisme doit être une instance déterminante dans l’animation régionale de la politique de l’autisme. En ce sens, il doit permette la mobilisation des acteurs, le décloisonnement des institutions, le travail avec les familles et les associations, ainsi que des avancées en matière d’innovation.

Au-delà de l’effort sans précédent en termes de mise à disposition de moyens que constitue ce plan, la volonté qu’il traduit est  de réaliser dans les prochaines années un véritable saut qualitatif en matière de dispositif d’accompagnement et de prise en charge des personnes atteintes et de leurs familles.

Il existe en ce qui concerne la prise en compte de l’autisme des méthodes encore peu utilisées en France mais qui sont mises en œuvre depuis de nombreuses années dans d’autre pays. Ainsi, il a été demandé aux préfets de région, aux directions régionales des affaires sanitaires et sociales, aux directeurs d’agences régionales de l’hospitalisation d’instruire dans une approche constructive, en cas de besoin en ayant recours à des procédures expérimentales, différents projets. Compte tenu du décalage encore important qui existe dans la plupart des régions entre l’offre et la demande de prise en charge, de faire preuve d’ouverture et de célérité dans l’instruction des projets innovants en ayant bien entendu le souci constant du respect de la dignité et de l’intégrité des personnes et l’évaluation des prises en charge.

Le plan prévoit également un suivi et une évaluation de sa mise en œuvre, en appui sur les organes consultatifs nationaux : le comité national de réflexion et de proposition sur l’autisme et les T.E.D., le groupe technique administratif et le groupe de suivi scientifique de l’autisme.


Pour plus d'informations :  Plan autisme 2008-2010

 

 

 

 

 

 

Sources :

-CALIN D., Comprendre la loi de février 2005 sur les droits des personnes handicapées. In: Revue Enfance et psy, n°29, pages 189 à 200

-Rapport LETARD.V ., « Evaluation de l’impact du plan autisme 2008-2012 » pages 18 à 25

-VIGNEAU J.L. et TARRICQ J.M., L'autisme:l'A.P.A.J.H. s'intéresse particulièrement à l'autisme. In: Réadaptation, n°557, février 2009, pages 29 à 31

-MDPH 86. Maison Départementale des Personnes Handicapés de la Vienne [Poitiers] Disponible sur Internet à partir de: http://www.mdph86.fr/465-le-plan-personnalise-de-compensation.htm

-Service public. Le site officiel de l'administration française[Paris] Disponible sur Internet à partir de: http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F18761.xhtml

-Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité, Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative.Solidarités action socialeHandicapés [Paris] Disponible sur Internet à partir de: http://www.sante.gouv.fr/fichiers/bo/2008/08-11/ste_20080011_0100_0096.pdf

-Ministère de la Santé. Plan autisme 2008-2010, résumé des mesures. [France] [Mai 2008] Disponible sur Internet à partir de : http://www.sesame-autisme-aquitaine.fr/userfiles/files/Resume_Plan_Autisme.pdf

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×